Quelles solutions quand votre enfant fait encore pipi au lit ?

Il est normal que les tout-petits mouillent leur lit. Entre 2 et 4 ans, la plupart des enfants contrôlent leur vessie le jour, mais pas nécessairement la nuit. Il faut compter plusieurs mois, parfois même quelques années, avant qu’ils y arrivent. On parlera donc d’énurésie qu’à partir de 5 ans ; âge où le contrôle physiologique du sphincter vésical (de la vessie) est acquis.
Pour des raisons que l’on ignore encore, cet apprentissage est plus lent pour certains enfants. On estime ainsi qu’environ 10% des enfants de 5 à 10 ans mouillent régulièrement leur lit.

Distinguons les différents types d’énurésie :

L’énurésie primaire : représente 67% des cas. Concerne les enfants qui n’ont pas eu de période de propreté la nuit (ou alors sur un laps de temps inférieur à 6 mois),

L’énurésie secondaire : représente 33% des cas. Concerne les enfants qui ont été propre, puis, du jour au lendemain, se remettent à faire pipi au lit.

Les causes possibles :

  • Une immaturité vésicale (de la vessie), qui est un retard des réflexes neuromusculaires contrôlant la vessie est souvent constaté dans le cas de l’énurésie primaire.
  • Une infection urinaire ou diabète de type 1 (si associée à une sécrétion excessive d’urine) peut être la cause d’une énurésie secondaire
  • Un facteur psychologique déclenchant (choc émotionnel, contrariété, survenue d’un autre enfant dans la fratrie…) se retrouve aussi souvent dans les énurésies secondaires.
  • L’énurésie peut est associée à une constipation, mais il est encore plus fréquent que qu’elle soit causée par une ventilation buccale, qui entraîne une mauvaise qualité de sommeil de votre enfant !

L’approche en thérapie manuelle :

Comme on vient de le voir, l’énurésie peut avoir différentes origines. En plus du regard et avis de votre médecin traitant ou pédiatre, il est intéressant de consulter en thérapie manuelle.

A quoi va servir une séance avec votre thérapeute ?

  • Lever, au niveau biomécanique, les éventuelles restrictions de mobilité du bassin, de l’appareil urinaire et vérifier l’équilibre général de votre enfant
  • Vérifier la mobilité des os de la face, de la cloison nasale, le positionnement de la langue, de la mâchoire et du palais
  • Le travail en crânien va pouvoir, en cas de choc émotionnel déclenchant, apaiser l’enfant et l’aider à retrouver un équilibre émotionnel

Votre thérapeute va également pouvoir vous rediriger vers d’autres professionnels :

L’orthodontiste : pour stimuler la croissance du palais et des maxillaires et permettre ainsi à la langue de retrouver sa place physiologique

Le dentiste : le port de gouttières peut aider à rétablir une position naturelle de la langue et encourager une respiration nasale Ceci a pour conséquence de déshabituer l’enfant à sucer son pouce ou sa tétine (qui entretiennent la respiration buccale).

L’orthophoniste : pour donner aux enfants des exercices spécifiques et adaptés.

Restez informés des dernières publications en vous inscrivant à la newsletter !

*
*
*
Share This